OMMMMMM

26/01/2021

OMMMMMM

"Le Om nous relie à l’infiniment grand et c’est déjà beaucoup"

Le Om est devenu une sorte de gimmick du yoga, pour le meilleur et pour le pire, qu’il soit en fond d’écran ou sur un t-shirt, le Om est partout. Et pourtant il n’est pas du tout anecdotique. 
Cette formule à dimension mystique est répétée, la plupart du temps, en fin et en début de cours. Patanjali nous en parle entre autres dans les sutras 1.24,27,28 :
« Ishvara est un Purusha spécial, épargné par la misère, les résultats des actions, ou désir » 
« Sa parole manifestée est Om » 
« Sa répétition permet d’entrer dans sa signification »
Il existe depuis tout temps un grand débat autour d’Ishvara qui est qualifié de « seigneur » dans les sutras. Les spéculations ont été nombreuses : est-il un dieu, une entité ou encore la manifestation de l’universel ? Est-il Brahman  ? Le Om serait-il comparable à l’Amen des catholiques et à l’Amine des musulmans ?
Sachant que la philosophie Samkhya, dont le yoga de Patanjali est issu, est une philosophie non-déiste mais que le yoga a subi la porosité des mythes et des traditions hindouistes, je ne m’inscrirai pas dans un tel débat tant il est complexe. 
Considérons plutôt le Om comme le principe suprême, la cause première de tout, elle-même sans cause...l’absolu originel. Emettre le Om, c’est se relier à l’indicible universel. Et Patanjali, nous dit qu’en établissant ce lien avec le principe universel (purusha), nous nous rapprochons de notre propre « centre ». 
Dans les pratiques que je guide, au-delà de toute religiosité, je considère que le Om nous relie à l’infiniment grand et c’est déjà beaucoup. Il nous sensibilise à l’immensité de notre ignorance et nous éloigne, ainsi, de toute forme d’identification et donc d’agitation mentale. Nous avons parfois des impressions de même nature du haut d’une montagne ou face à l’océan, ce sentiment de dissipation de notre ego face à l’immensité...
De façon plus prosaïque, je dirai également qu’il s’agit, d’abord, d’émettre un son ! Et ceci aura des conséquences tout à fait positives sur notre organisme. La mobilisation de notre diaphragme, notre principal muscle respiratoire, ainsi que l’activation du système nerveux parasympathique (le frein de notre organisme) provoqueront beaucoup d’apaisement. « La conscience périphérique s’intériorise et les obstacles disparaissent » (29). 
C’est pour cela que le yoga est une activité physique car il ne s’agit pas de conceptualiser son centre mais bien de le découvrir.

Heureux ou malheureux... Désirs ou besoin ?